De plus en plus de jeunes souhaitent travailler pour leur compte. Ne pas être sous les ordres d’un supérieur et travailler en toute flexibilité voilà ce qui motive les jeunes entrepreneurs à se lancer. Sachez qu’il existe également des aides pour aider les jeunes entrepreneurs à débuter. Nous allons au sein de cet article vous présenter ces aides :

L’ACRE : l’aide la plus connue pour les jeunes entrepreneurs

L’aide à destination des jeunes entrepreneurs la plus connue est l’ACRE (aide à la création ou reprise d’une entreprise). En 2020 cette aide à connue plusieurs changements.

Les jeunes entre 18 et 26 ans (30 ans si vous êtes reconnu handicapé) peuvent bénéficier de cette aide. En plus d’une condition d’âge il est nécessaire que le/ les demandeurs de l’ACRE détiennent le contrôle de l’entreprise.

L’ACRE porte sur une réduction voir exonération de cotisations sociales (hors CSG, CRDS, accident du travail, retraite complémentaire, fonds national d’aide au logement, versement transport et la formation professionnelle) durant la première année. Le montant de l’exonération de cotisations sociales varie en fonction de vos revenus :

  • Revenus inférieures à 30 852 € = exonération totale
  • Revenus compris entre 41 136 € et 30852 € = exonération de 50%
  • + de 41 136 € = aucune exonération

Le dispositif Cap Jeunes

L’organisme France Active a mit en place une aide financière et humaine via un accompagnement. En plus de vous attribuer une aide de 2000 € France Active vous accompagne dans l’élaboration d’un plan de financement présentable aux partenaires bancaires.

Pour avoir droit au dispositif Cap jeunes vous devez :

  • Avoir moins de 26 ans lors du dépôt de la demande
  • Être en situation de précarité ou demandeur d’emploi
  • Disposer d’un plan de financement inférieur à 50 000 €

La jeune entreprise universitaire (JEU)

Le statut de jeune entreprise universitaire permet de bénéficier d’avantages sociaux et fiscaux. Malheureusement tous les jeunes entrepreneurs ne peuvent pas bénéficier de ce statut.

En effet, en plus d’être une jeune entreprise (moins de 8 ans d’existence, de 250 salariés, de 50 millions de CA ou encore de 43 millions d’euros au bilan) dirigé ou détenu pour au moins 10 % par des étudiants ou diplômé de master, doctorat depuis moins de 5 ans, l’entreprise doit avoir pour activité la valorisation de travaux de recherche d’un établissement supérieur.

Si vous remplissez ces conditions vous pouvez prétendre à des exonérations :

  • D’impôt la première année et 50 % la seconde.
  • De CFE et de taxe foncière pendant maximum 7 ans (fonction des collectivités locales)
  • Une exonération des cotisations sociales patronales (hors retraite complémentaire, accident du travail et maladie professionnelle) pendant 8 ans maximum

Le financement des jeunes entrepreneurs par les intermédiaires bancaires

Khadim BA, directeur d’un organisme bancaire a exprimé au sein d’un article que vous pouvez retrouver à cette adresse « vous avez des ailes nous vous donnons des ailes ». Désormais de multiples intermédiaire bancaires proposent leur soutient aux jeunes entrepreneurs en proposant notamment des prêts à taux zéro.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
44 ⁄ 22 =