Plusieurs méthodes permettent de connaître la valorisation d’une entreprise. La méthode DCF (discounted cash-flow) est l’une de ces méthodes. En plus d’explications détaillées, vous bénéficierez d’un exemple concret.

Méthode DCF : définition

La méthode des discounted cash flow comme son nom l’indique repose sur une actualisation des flux de trésorerie. Le but est de déterminer les flux de trésorerie qui vont revenir à l’entreprise après règlement des organismes de crédits et des investisseurs.

Calcul par la méthode des DCF

Etape 1 : Calcul des flux de trésorerie disponible

Le calcul des flux de trésorerie générés par l’activité s’obtient en partant du résultat opérationnel.

A ce résultat est soustrait l’impôt afin d’obtenir le résultat opérationnel net. On rajoute ensuite les charges dites calculées c’est à dire quelles sont purement comptables et n’ont pas d’incidences sur les entrées et sorties d’argents. Enfin on retire les besoins de trésorerie nécessaire à l’exploitation de l’entité (BFR et investissement).

Résultat opérationnel brut
 – impôt
 + dotations aux amortissements et provisions (DAP)
 -/+  besoin en fonds de roulement (BFR)
 – investissement net de cession
 Flux de trésorerie disponible

Etape 2 : calcul du cout moyen pondéré du capital

Le cout moyen pondéré du capital (CMPC) prend en compte le cout de la dette ainsi que le cout lié à la rémunération des investisseurs. Le but est de calculer la rentabilité en fonction du marché actuel.

Calcul du cout de l’endettement

Ce sont les conditions du marché actuel qui déterminent le cout de l’endettement. Bien souvent afin de faciliter les choses on reprend le cout de la dette inscrit dans la comptabilité.

Calcul du cout des capitaux propres

Il s’agit du taux de rentabilité exigé par les investisseurs, actionnaires. Le taux exigé par les investisseurs va dépendre du marché ainsi que du niveau de risque pris.

On détermine bien souvent le taux de rentabilité exigé par la méthode du MEDAF soit : Taux sans risque + prime de risque X Bêta

  • les obligations d’état servent bien souvent de référence en matière de taux sans risque
  • la prime de risque correspond à la différence de rentabilité entre un portefeuille risqué (actions) et un portefeuille non risqué (obligations d’état).
  • Le Bêta permet de calculer la sensibilité (en terme de variations de rentabilité puisque des variations importantes impliquent un risque plus élevé) d’un titre par rapport au marché.

Enfin pour déterminer le cout moyen pondéré du capital on procède à une pondération. Exemple si les couts calculés sont les suivants :

  • cout de la dette = 4% pour 500 k €
  • cout des capitaux propres = 8% pour 1M €

On réalise alors pour déterminer le CMPC : (4% * 500K + 8% * 1M)/1,5M = 6.67%

Etape 3 : actualisation des flux de trésorerie

Le business plan ou prévisionnel financier va permettre de déterminer les flux de trésorerie disponible (étape 1).

Il ne reste plus qu’à calculer les flux de trésorerie actualisés pour les années comprises dans le business plan.

Etape 4 : calcul de la valeur terminale actualisée

Il est compliqué de lire dans l’avenir et de réaliser des prévisions sur le long terme. Le business plan prévoit généralement des prévisions à 5 ans. Au delà il ne va donc pas être possible de calcul de flux de trésorerie actualisé.

C’est pourquoi on calcul la valeur terminale, qui va correspondre à la valeur de l’entreprise au delà des périodes comprises dans le business plan.

Il existe plusieurs moyens de calculer une valeur terminale. Mais dans la méthode DCF on réalise une actualisation à l’infini.

Cette actualisation à l’infini peut revêtir deux formes :

  • une valeur terminale en prenant en compte pour l’avenir des flux de trésorerie constants. On réalise alors le calcul : (flux de trésorerie / actualisé au cout moyen pondéré du capital). Puis pour actualiser la valeur on met le résultat à la puissance – dernière année du business plan. Soit pour un business plan qui se limite à 5 ans : (flux de trésorerie / actualisé au cout moyen pondéré du capital)^-5
  • une valeur terminale en prenant en compte pour l’avenir des flux de trésorerie en constante évolution (par un taux de croissance). Cette méthode connaît quelques critiques du fait que dans la pratique il est rare qu’une entreprise ne cesse de voir son flux de trésorerie croître indéfiniment. On utilise pour cela la formule de Gordon Shapiro : (flux de trésorerie disponible de la dernière année du business plan * (1+taux de croissance))/ (cout moyen pondéré du capital calculé lors de l’étape 2 – taux de croissance). La encore on procède ensuite à l’actualisation en mettant le résultat à la puissance moins la dernière année du business plan.

Etape 5 : valeur finale de l’entreprise

La valeur finale de l’entreprise se calcule par la somme des flux de trésorerie actualisés (pour chaque année du business plan) calculée lors de l’étape 3 + valeur terminale actualisée calculée lors de l’étape 4.

méthode DCF exemple valorisation d'entreprise

Exemple de calcul par la méthode des DCF

Pour mieux comprendre l’ensemble de la méthode des discounted cash-flow voici un exemple. Nous sommes le 1/1/N est allons essayer de déterminer la valeur de l’entreprise GSE.

Le business plan de la société GSE fait apparaître les chiffres d’affaires suivants :

NN+1N+2N+3N+4N+5
CA100K110K150k180k190k195k
  • la taux de marge opérationnelle (hors amortissements) représente 50%
  • les amortissements sont de 2k € en N puis de 5K€ à partir de N+1 jusqu’à N+5
  • un investissement pour 25K € a été réalisé au 1/1/n+1. Tandis qu’aucun matériel n’a été cédé.
  • le BFR est égal à 30 jours de CA (sur une année de 365 jours)
  • un emprunt de 50K au taux de 4% a été consenti
  • GSE a émis 100 actions à 1000 €
  • les titres risqués sont rémunérés par le marché au taux de 8% tandis que les obligations d’états sont rémunérées au taux de 2%.
  • le Bêta de la société GSE par rapport au marché est de 1.3
  • le taux d’imposition est de 25% et les flux de trésorerie sont censés rester constants après N+5

Etape 1 : détermination des flux de trésorerie

Calcul du résultat d’exploitation net :

NN+1N+2N+3N+4N+5
CA100110150180190195
Marge opération (50%)505575909597,5
Amortissements255555
Résultat opérationnel brut485070859092,5
Impôt 25%1212,517,521,2522,523,125
Résultat opérationnel net3637,552,563,7567,569,375

Calcul des flux de trésorerie une fois le résultat opérationnel net déterminé.

NN+1N+2N+3N+4N+5
Résultat opérationnel net3637,552,563,7567,569,375
 + amortissements3842,557,568,7572,574,375
 – BFR (30/360)* CA8,339,1712,5015,0015,8316,25
 – Acquisition d’immobilisation25
Flux de trésorerie disponible65,6745,8397,50117,50124,17127,50

Etape 2 : Détermination du CMPC

Calcul du cout de la dette = 4%*(1- taux d’impôt soit 0.25) = 3%

Calcul du cout des capitaux propres en utilisant le modèle du MEDAF = actif sans risque + prime de risque (rémunération du titre risqué – rémunération de l’actif sans risque) * Bêta

= 2% + (8%-2%) * 1.3 = 9.8%

Enfin on pondère les résultats obtenus pour avoir le CMPC = (50K * 3% + 100K (100 actions à 10€) * 9.8%)/ 150K = 7.5%

Etape 3 : Détermination des flux de trésorerie actualisés

31/12/N31/12/N+131/12/N+2N+3N+4N+5
Flux de trésorerie disponible65,6745,8397,50117,50124,17127,50
Flux de trésorerie actualisé au CMPC de 7,5%65.67*(1.075)^-1 = 61,09 39,6678,4887,9886,4982,62

Etape 5 : Détermination de la valeur terminale

Dans notre exemple, les flux de trésorerie sont censés rester constants après N+5.

La valeur terminale va donc se calculer ainsi : (127.5K/7.5%) = 1700K

Et la valeur terminale actualisée sera de 1700K*(1.075)^-6 = 1102K

Etape 6 : Détermination de la valeur finale de l’entreprise

Valeur finale de l’entreprise = Somme des flux de trésorerie actualisés + Valeur terminale = 436.32K + 1102 K = 1538.32 K

31/12/NNN+2N+3N+4N+5
Flux de trésorerie actualisé au CMPC de 7,5%61,0939,6678,4887,9886,4982,62

Somme des flux de trésorerie actualisés : 61,09+39,66+78,48+87,98+86,49+82,62 = 436,32K

Valeur terminale = 1102K


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 15 =