Les entreprises sont en principe tenues d’ouvrir un compte bancaire professionnel. Cette ouverture de compte ainsi que les prêts réalisés pour le développement de votre activité va engendrer des frais bancaires. Nous allons voir au sein de cet article la comptabilisation de l’ensemble des frais bancaires.

Comptabilisation des services bancaires

De nombreuses prestations peuvent être facturés de la part de votre banque. Surtout qu’en général les comptes professionnels sont soumis à d’avantages de frais que les particuliers. Pour réaliser des économies il est possible de recourir à un comparateur de banques pour professionnels comme compte-pro.com. Le plan comptable général a prévu divers comptes pour cela. La racine de ce compte reste la même il s’agit du compte « 627 services bancaires et assimilés ».

6271 frais sur titres (achats, ventes, gardes)

Il s’agit notamment des opérations relatives à l’achat ou la vente d’actions en bourse. Cela peut être notamment les frais de courtage ou encore les frais de marché.

6272 commissions et frais sur émission d’emprunts

Il s’agit notamment des frais de dossier dus à votre banque sur chaque emprunt réalisé.

6275 frais sur effets (commission d’endos)

Il peut s’agir des frais sur effets de commerce. L’effet de commerce permet à une entreprise de mobiliser l’une de ses créances. Le détenteur d’un effet de commerce peut s’en servir pour régler une dette moyennant des . On dit alors que l’effet de commerce a été endossé. L’endosseur de la créance transmet celle-ci a l’endossataire.

6276 locations de coffres

Les frais bancaires peuvent aussi concerner la location de coffre mais rien ne sert de développer ce compte qui parle de lui même.

6278 autres frais et commissions sur prestations de services

Ce compte est généralement utilisé pour comptabiliser les frais de commissions issus de vos encaissements réalisés par terminal de paiement (TPE).

Comptabilisation des agios

Les agios résultent d’un découvert bancaire. Le fait d’être à découvert va occasionner des frais bancaires qui vont engendre la comptabilisation en compte « 6618 intérêts des autres dettes ».

Comptabilisation des emprunts bancaires

Le développement de son activité est bien souvent financé par un emprunt bancaire même s’il existe désormais plusieurs alternatives au financement bancaire. Pour la comptabilisation des emprunts il est nécessaire de dissocier :

  • le déblocage et remboursement du capital
  • le paiement des intérêts
  • et le règlement de l’assurance

Déblocage et remboursement du capital

Au moment du déblocage des fonds, l’écriture comptable suivante est à constater :

  • débit du compte « 512 banque »
  • crédit du compte « 164 emprunts auprès des établissements de crédit »

Comptablement votre compte bancaire augmente ainsi que vos dettes d’emprunts.

Charges d’intérêts d’emprunts

Les intérêts liés à votre emprunt suivent la comptabilisation suivante :

  • débit du compte « 6611 intérêts des emprunts et des dettes »
  • crédit du compte « 512 banque »

Votre compte bancaire diminue du fait d’une charge d’intérêts.

Charges d’assurances d’emprunts

Une assurance est en principe souscrite pour couvrir le remboursement de votre emprunt notamment en cas d’accident de la vie. On parle d’assurance ADI (assurance décès invalidité). Cette assurance peut vous couvrir en cas de décès, invalidité mais aussi en cas de maladie et accident. Attention toutefois à bien vérifier les clauses d’exclusions de garanties.

Pour la comptabilisation de l’assurance emprunteur l’écriture comptable est à enregistrer :

  • débit du compte « 616 primes d’assurance »
  • crédit du compte « 512 banque »

Votre compte bancaire diminue afin de régler votre assurance emprunteur.

Catégories : Management

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 ⁄ 10 =