Créer son entreprise à l’étranger est loin d’être évident. Afin de vous aider dans cette démarche nous allons vous présenter 4 points clés pour créer son entreprise à l’étranger.

Une envie de changer d’air, investir dans un pays émergent avec une concurrence moins féroce, la réglementation notamment fiscale et sociales sont des raisons qui poussent à créer son entreprise à l’étranger.

Créer son entreprise à l’étranger : les démarches

Chaque pays à ses propres règles en matière de création d’entreprise. Il faudra donc vous renseigner auprès de l’administration du pays concerné.

A noter toutefois que dans les pays de l’Union Européenne les démarches de création d’entreprise sont sensiblement similaires aux règles françaises à savoir la rédaction des statuts, le choix d’une forme juridique, d’un siège social…

Les démarches devront se faire dans la langue locale. Il est donc conseillé de se faire accompagner par des professionnels locaux : par un avocat ou bien une agence de traduction juridique pour les entreprises (notamment pour la rédaction des statuts). Se faire accompagner est important d’autant que la réglementation est loin d’être la même dans chaque pays.

S’informer sur la réglementation locale avant de créer son entreprise à l’étranger

Avant de s’implanter dans un pays il faut veiller à se renseigner sur sa réglementation. Certains pays peuvent appliquer des pratiques particulières notamment à l’égard des étrangers. Par exemple ce n’est que depuis peu de temps (2019) qu’il est possible pour un étranger de posséder la pleine propriété d’une entreprise aux Emirats. Auparavant un étranger ne pouvait pas détenir plus de 49% des parts d’une entreprise.

Afin de préparer au mieux son prévisionnel, il va également falloir vous renseigner sur la fiscalité et les cotisations sociales applicables. En Indonésie les cotisations salariales sont par exemple bien plus faibles qu’en Belgique.

Attention si vous continuez d’exercer une activité en France et que vous avez en France une des 3 conditions suivantes :

  • Un établissement stable
  • Un cycle commercial complet
  • Un représentant salarié (non indépendant)

Si une des 3 conditions est présente les revenus issus des activités en France seront imposés en France.

Je vous conseille de vous rendre sur cette partie du site des impôts français, pour en savoir plus sur l’imposition dans le cadre d’une activité en France par une entreprise étrangère.

Le marché local

Comme pour toute entreprise il va falloir préparer un prévisionnel financier et les recettes estimées vont dépendre du marché local et de sa concurrence.

Dans certains pays non encore développés la concurrence peut être plus faible. Vos produits ou services sont donc susceptibles de plaire à plus de monde. Dans ces mêmes pays le pouvoir d’achat est lui aussi moindre. Ces différents facteurs vont devoir être pris en compte. A noter que l’analyse du résultat dégagé doit lui aussi être interprété différemment en fonction des pays. Le cout de la vie peut être bien différent en fonction des pays.

La culture locale

Afin d’éviter de faire un grand flop il est indispensable d’adapter votre projet à la culture locale. Mac Donald a par exemple remplacé en Asie les pains de ses sandwichs par des galettes de riz. D’un autre côté Ikea a quant à lui été très surpris lors de son installation en Chine. En effet le géant Suédois ne s’attendait pas à ce que les visiteurs viennent dormir dans les lits et canapés. Ce comportement peut choquer les pays occidentaux. Pourtant il s’agit d’une pratique courante en Asie. Ikea pour ne pas choquer les locaux a donc laisser faire.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 ⁄ 4 =