SIMON Herbert est un célèbre économiste américain. Il a d’ailleurs perçu le prix Nobel d’économie en 1978. Il est l’auteur de plusieurs travaux de management liés à la prise de décision, et notamment le modèle IMC.

De la rationalité parfaite à la rationalité limitée

Les économistes classiques ont autrefois analysés le processus de prise de décision. Pour eux le décideur dispose de toutes les informations pour prendre une décision dite parfaitement rationnelle. Il maximise les profits tout en limitant les risques.

Simon Herbert est revenu sur cette approche en posant le concept de rationalité limitée. Ce concept s’appui sur le modèle IMC. Pour lui la décision est prise après une phase d’intelligence (de réflexion), de modélisation et enfin par un choix. La décision n’est alors pas optimale car elle va varier en fonction de facteurs personnels, propre à l’organisation ou encore en fonction de l’environnement. On parle alors de rationalité limitée.

Le modèle IMC de SIMON et ses 3 phases

Selon SIMON Herbert le processus de prise de décision suit 3 phases.

Intelligence

La phase d’intelligence consiste à mener une réflexion, une analyse sur des problématiques rencontrées. De cette analyse va découler plusieurs options.

Modélisation

La phase d’intelligence à fait naître plusieurs options, solutions face aux problèmes rencontrés. Chaque option est classée, analysée en fonction des risques quelle présente mais aussi des opportunités quelle peut procurer.

Choix

Enfin, le décideur va faire un choix entre ces différentes options. Seulement ce choix ne sera pas optimal selon SIMON Hebert. En effet, le décideur ne peut difficilement recueillir toutes les informations nécessaires à une prise de décision parfaite.

D’autre part, le caractère du décideur, les biais cognitifs (raccourcis mentaux qui en principe simplifie l’évaluation d’une décision, comme les stéréotypes. L’appréciation de la situation est donc viciée) ou encore l’environnement peut influencer la prise de décision. Une personne plus averse aux risques va surement prendre une décision qui sera moins risquée. Toutefois cette décision ne sera peut être pas la décision optimale.

Catégories : Management

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 16 =